Une histoire du journal de Tintin
L'Ouragan de Feu

"Ce n'est pas avec son petit moulin qu'il pourra résister aux 360 chevaux que j'ai sous le capot"


Durant les vacances, Jeanjean est venu voir son ami Guy Lefranc à Paris. Alors que le train emmène l'adolescent sur le chemin du retour, le journaliste reçoit une missive étrange du scientifique Paul le Gall basé à Saint-Malo lui enjoignant de retenir un certain temps son neveu chez lui pour cause grave. Intrigué par le ton désespéré, Guy Lefranc part immédiatement par la N12 en direction de la Bretagne pour tenter de rattraper son jeune ami : au volant de son Alfa Roméo, il est poursuivi par une Facel Vega.  Mais Jeanjean a été kidnappé par des individus que le reporter prend en chasse prestement et qui l'amènent au Mont-Saint-Michel. De fil en aiguille et au gré des rencontres insolites sur le site historique, Lefranc remonte la piste des ravisseurs dont le responsable semble être Arnold Fisher, le magnat du pétrole. Pour quelles raisons ce milliardaire s'acharne-t-il sur le pauvre gosse ? N'y aurait-il pas un lien étroit avec une découverte capitale faite par le Professeur Le Gall qui intéresse bien du monde ?





 

Dans le Journal de Tintin :


HK500 ou FV3B ?  Quelques éléments de réflexion :

- Pas de monogramme HK500 sur le coffre

- Lettres FACEL VEGA sous le coffre : FV3B (mais les premières HK500 possédaient ce détail également)

- Petits déflecteurs : FV3B  (mais les premières HK500 possédaient ce détail également)

- "360 chevaux sous le capot" : HK500 boîte mécanique

- Baguette d'aile arrière qui s'arrête au niveau du feu : FV3B

- Bananes de pare-choc : HK500 (mais certaines FV3B possédaient ce détail également)

- Immatriculation 4958 CR 78 datant du deuxième semestre 1958 : plutôt en faveur d'une HK500 car un milliardaire comme Arnold Fisher ne pouvait que posséder des voitures du dernier modèle...

- Première planche publiée dans Tintin Belge le 15 octobre 1959 : plutôt en faveur d'une HK500

Alors ??                                                                                            

Merci à Philippe Thomas et Michel Revoy


La route suivie par Lefranc :

Parti de la Gare Montparnasse, Lefranc décide de poursuivre le train de Saint Malo : il sort de Paris par la Porte de Saint Cloud, emprunte vraisemblablement l'Autoroute de l'Ouest (tunnel de Saint Cloud puis premier tronçon construit avant guerre) et oblique vers Trappes où l'attend Fuiselli. Il tourne ensuite à droite par la N12, en direction de Dreux , pris en chasse par la Facel.






L'épisode de la queue-de-poisson a lieu avant Argentan où le train arrive "une heure plus tard". En regardant les cartes de l'époque, on constate que pour aller à Argentan, il a fallu quitter la N12 à Verneuil sur Avre pour emprunter la N24bis via L'Aigle.

Si on estime que la Facel pouvait faire au moins 100 kilomètres en une heure (traversées des villes comprises), le pont de l'accident doit donc se trouver avant Nonancourt. Est ce le pont sur l'Avre avant Nonancourt ? ou même le pont sur l'Eure avant Dreux ?


Une autre heure après le passage à Argentan où Lefranc n'a pas réussi à bloquer la Facel, qui "profitant des lignes droites, (la puissante voiture) le distance irrésistiblement et bientôt disparait à l'horizon", l'Alfa arrive à Pontorson. Il lui a fallu passer par Ecouché, prendre la N816 pour La Ferté Macé, puis la N808 vers Domfront et Saint Hilaire du Harcouët, puis la N807 jusqu'à Pontaubault puis enfin la N176 par laquelle arrive Lefranc à Pontorson, soit 128 kilomètres... Plutôt une bonne moyenne.

Que dire de celle de la Facel qui a eu le temps de faire en plus l'aller-retour jusqu'au Mont Saint Michel...


Jacques Martin était un amateur de voitures. Il s'était constitué une documentation graphique dans laquelle on retrouve Facel. L'Alfa de Lefranc aurait quant à elle été inspirée par celle d'Hergé (extrait de "Lefranc, Jacques Martin et l'automobile", annexe à l'édition luxe du Mystère Borg, Casterman novembre 2010).



Il a probablement dessiné l'Alfa de Lefranc en prenant pour modèle la Giulietta Sprint Veloce d'Hergé, photographiée ici devant sa maison de Céroux.

Quelques dessins originaux (extrait de "Lefranc, Jacques Martin et l'automobile", annexe à l'édition luxe du Mystère Borg, Casterman novembre 2010).


En 1991, le CIA de Pantin utilise une vignette de "la Facel Vega " en arrière plan de l'Alfa exposée ( Article LVA) 



Lors de l'exposition "l'Automobile et la Bande Dessinée" dans le cadre du mondial de l'Auto 2004, la vignette "la puissante Facel Vega effectue un démarrage foudroyant" est sur l'affiche.




En 1998, à la suite d'une souscription de l'Amicale pour les 40 ans du modèle, Michel Aroutcheff a produit environ 30 exemplaires en résine et bois de la HK500 (longueur 40cm, voir bulletins 69,70 et 71).



En 2007, il lance une nouvelle série de 666 exemplaires aux couleurs de l'Ouragan de Feu.



Même si ni Lefranc ni Alexl Borg ne sont jamais montés dans cette voiture qui appartient au milliardaire Arnold Fisher et n'est conduite que par son homme de main Fuiselli, l'objet est très beau.

Ci-dessous, l'Alfa Roméo Giulietta et la Facel Vega HK500 (kit Provence Moulage) à l'échelle 1/43ème aux couleurs de "l'Ouragan".



Le dessinateur Régric qui a repris la série des Lefranc a publié en 2010 cette superbe carte postale sur laquelle la poursuite continue...





Motor Village (spécialiste voitures italiennes) situé au Rond Point des Champs Elysées à Paris organisa du 15 février au 20 mai 2012 une exposition VRAAOMM (BD et voitures) dans laquelle on apercevait de nouveau l'Alfa Roméro en situation...









En janvier 2013, la BD Tout sauf l'Amour rend hommage à "l'Ouragan" en représentant la Facel Vega.